Belgische Unie - Union Belge

Centrumpartij voor nationale eenheid - parti centriste pour l'union nationale.
 
HomeHome  CalendarCalendar  FAQFAQ  SearchSearch  MemberlistMemberlist  UsergroupsUsergroups  RegisterRegister  Log in  

Share | 
 

 Zakenkabinet - Cabinet d'affaires?

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
Belgica
Admin
avatar

Number of posts : 5603
Location : BELGIE - BELGIQUE - BELGIEN - BELGIUM
Registration date : 2008-11-19

PostSubject: Zakenkabinet - Cabinet d'affaires?   Tue Nov 22, 2011 4:37 pm

De politici kunnen het gewoon niet (meer).

Les politiciens n'en sont plus/pas capables.







DE STANDAARD

‘Nog eens toegeven aan Open VLD gaat niet'

Reconstructie Kiezen tussen een ‘gros clash' of gezichtsverlies

dinsdag 22 november 2011, 03u00
Auteur: Peter De Lobel , Wim Winckelmans

BRUSSEL - ‘We blijven kalm, maar we zijn vastberaden', klinkt het zondagnacht bij de MR. Een paar uurtjes slaap kunnen de patstelling niet meer doorbreken. Di Rupo had gisteren geen andere keuze dan de militaire politie in te schakelen.

Van onze redacteurs

‘J'ai réfléchi, ik heb nagedacht.' Met die woorden opent formateur Elio Di Rupo (PS) kort na half drie de vergadering met de zes onderhandelaars. Hij doet een laatste dramatische oproep om de gesprekken op basis van zijn tekst voort te zetten, maar botst voor de tweede keer in minder dan 24 uur op een blauw njet. De formatie ligt op haar gat, Di Rupo rijdt kwaad de Wetstraat 10 buiten. Zijn chauffeur zet koers naar Ciergnon, het buitenverblijf van de koning. De vorst herstelt er van zijn operatie aan de neus vorige week – Di Rupo is onderweg om hem nog een opdoffer te verkopen.

Het is Open VLD-voorzitter Alexander De Croo die zondagnacht het protest aanvoert tegen het ultieme begrotingsvoorstel van Di Rupo. De Franstalige liberalen van MR weigeren zondagavond publiekelijk uitspraken te doen. Aan de tafel houden ze zich in eerste instantie op de vlakte.

De vier andere partijen, de PS uiteraard, maar ook SP.A, CDH en CD&V vinden wat Di Rupo op tafel legt voldoende om mee af te ronden. Hier en daar nog wat kleine verschuivingen voor iedereen, dat wel, maar globaal zijn ze akkoord.

Wanneer Di Rupo ook de MR aan zijn kant probeert te trekken en zegt dat er maar één partij is die niet wil landen, fluit De Croo hem terug, zegt een onderhandelaar. ‘Hier zijn twéé partijen die niet akkoord gaan. De MR volgt mij', luidt het.

Michel zou daarop niet gereageerd hebben. Vast staat dat de toon van de MR verhardde naarmate de nacht vorderde. Rond half twaalf klonk het nog dat ‘er beweging is maar onvoldoende'. Maar korte tijd later, rond 1 uur 's nachts, zegt de MR-voorzitter ronduit dat hij niet kan leven met Di Rupo's ultieme voorstel: te weinig besparingen, te veel belastingen.

Eens middernacht voorbij stuurt de MR ook sms'en naar journalisten om haar kijk op de zaak te geven. ‘Er moeten meer inspanningen komen voor de kmo's en op werk. De vele belastingen staan de economische ontwikkeling in de weg en de middenklasse wordt te hard geraakt. We blijven kalm, maar we zijn vastberaden.' Di Rupo zegt dat hij wil nadenken, hij wil er een nachtje over slapen. ‘Gros clash en vue', wordt gesms't. Het is 1.55 uur.

De G9

Maandagochtend, partijbureau Open VLD in de Kamer. De partij schaart zich achter haar voorzitter – de liberalen buigen niet. ‘We hebben een begroting nodig die de markten geruststelt', zegt minister van Binnenlandse Zaken Annemie Turtelboom. Minister van Begroting Guy Vanhengel denkt dat het aandeel nieuwe belastingen nog te hoog ligt voor Europa.

Ook bij de PS wordt druk nagedacht over wat er moet gebeuren. Pal op de middag komt de G9 bijeen in het PS-hoofdkwartier aan de Keizerslaan: behalve Di Rupo en Laurette Onkelinx gaat het om Michel Daerden, Paul Magnette, Rudi Demotte, Philippe Moureaux, André Flahaut, Jean-Claude Marcourt en Charles Picqué. De neuzen staan strak in dezelfde richting. ‘Nog eens toegeven aan Open VLD is onmogelijk, dat gaat niet', zegt een aanwezige. ‘Met wat we nu doen inzake werkloosheid, de wachtuitkeringen en het brugpensioen stevenen we al af op een zwaar conflict met de vakbonden.'

Maar ook de inschatting dat Elio Di Rupo gezichtsverlies zou lijden als hij plooit voor De Croo speelt mee. ‘We worden langs links voorbijgestoken door Lutgen (Benoît Lutgen, CDH-voorzitter, red.), die werpt zich nu al op als de verdediger van links Wallonië', klinkt het. ‘Bovendien krijgen we last met de andere partijen als de liberalen nu iets extra binnenhalen.'

De keuzemogelijkheden zijn beperkt, het is erop of eronder. Di Rupo stuurt de partijvoorzitters een bericht dat hij hen om half drie verwacht in de Wetstraat 10. Hij trekt een goed pak aan – met strik. Er worden ook drie MP's geregeld. Als het ‘eronder' wordt, moet Di Rupo helemaal naar Ciergnon, het buitenverblijf van de koning, even voorbij Dinant. Met een militaire escorte gaat dat toch net iets sneller.

De vergadering met de zes duurt geen nog geen uur. ‘J'ai réfléchi', zegt Di Rupo. ‘Ik denk dat al mijn voorstellen conform zijn met de aanbevelingen van de Europese Commissie. Ik heb al veel inspanningen gedaan, maar er zijn twee formaties die weigeren inspanningen te doen. Daarom wil ik nogmaals vragen om de tekst goed te keuren, mits enkele marginale veranderingen.'

Lutgen en Bruno Tobback (SP.A) verklaren zich akkoord. Daarna is het de beurt aan De Croo. ‘Ik geloof in onderhandelingen, maar dan wel met open vizier. We moeten ons laten leiden door de zes Europese aanbevelingen. Op twee daarvan is de formateur met brio geslaagd, laat ons nu ook aan de vier andere voort werken, zeker aan de pensioenen en de arbeidsmarkt.' Ook MR vraagt nog aanpassingen, maar na De Croo weet Di Rupo al dat hij naar Ciergnon zal moeten. De formateur windt zich op en roept dat de liberalen onmogelijke eisen stellen. Kwaad kondigt hij aan dat hij naar de koning gaat. Het woord ‘ontslag' valt niet, maar niemand van de achtergebleven aanwezigen maakt zich veel illusies.


LA LIBRE BELGIQUE

Di Rupo a démissionné. Et maintenant ?

V.R.

Mis en ligne le 22/11/2011
VIDEO Et maintenant ? Voici quatre scénarios de sortie de crise.

Di Rupo à la relance

Voilà le scénario qui était donné gagnant lundi après-midi : le Roi calme le jeu, temporise, refuse la démission du formateur, le conforte même dans son rôle, l’exhortant de poursuivre la discussion budgétaire avec les six mêmes partis. C’est en tout cas le scénario le plus simple, qui s’impose après élimination de tous les autres. Les négociateurs sont déjà allés loin, sans doute trop loin que pour pouvoir renoncer. Car quoi ? Peut-on remettre en cause tout ce qui a déjà été engrangé, et notamment l’accord institutionnel, ce petit miracle survenu après une longue année de déshérence politique ? Cela paraît presque impensable. Les marchés trépignent. La Commission européenne s’impatiente. La Belgique ne peut plus jouer la montre. Elle doit conclure, s’engager résolument sur la voie du redressement budgétaire, rassurer les partenaires européens, et ses créanciers.

Pour les tenants de cette hypothèse, Elio Di Rupo, en se précipitant chez le Roi, a voulu mettre la pression sur les autres négociateurs, et singulièrement sur les libéraux. Il a abattu une dernière carte : celle de la dramatisation. "C’est un outil de négociation, commente le politologue des facultés universitaires de Mons, Pierre Vercauteren. C’est le genre "Retenez-moi ou je m’en vais". Cela s’est déjà vu. C’est l’hypothèse la plus basique."

Une hypothèse qui se confirmait d’ailleurs d’heure en heure. En suspendant sa demande de démission et en réclamant à chaque négociateur de prendre "dans les heures à venir un temps de réflexion pour mesurer les conséquences d’un échec et chercher activement une solution", le Roi semblait manifestement vouloir remettre Elio Di Rupo en selle. Reste à voir si ce dernier peut retrouver l’équilibre.
Un autre formateur

Autre scénario possible : après avoir sondé les différents partis associés à la négociation, le Roi constate qu’Elio Di Rupo est "grillé" auprès de ses partenaires. Pour ne pas perdre l’acquis des discussions déjà menées, il maintient les six partis autour de la table de négociation, mais choisit un autre formateur.

Qui ? Pierre Verjans, politologue à l’université de Liège, évoque la possibilité de nommer un leader de l’Open VLD. "Didier Reynders a bien fait un petit tour en janvier. Pourquoi pas un Open VLD maintenant ? C’est quand même lui qui est a l’origine du blocage." Mais ce scénario n’a pas les faveurs de Pierre Vercauteren (Fucam). "La famille libérale ne compte que 31 députés à la Chambre, expose-t-il. La famille socialiste, 39. Elle ne va pas céder facilement le leadership de la négociation aux libéraux. Et puis, si Elio Di Rupo n’est plus candidat Premier ministre, aurait-il des raisons d’assouplir davantage la position du PS ? Je ne pense pas. Je ne suis donc pas convaincu que ce scénario faciliterait la négociation."

On pourrait aussi imaginer que le Roi nomme comme formateur un autre socialiste. Ce pourrait être un autre socialiste francophone. Mais cette hypothèse-là paraît quand même peu probable. Le PS a un chef de file, Elio Di Rupo. On le voit mal changer maintenant. Ce serait un véritable camouflet pour le Montois, qui s’est pourtant exposé.

Ce pourrait en revanche être un socialiste flamand. Un nom se détache : celui de Johan Vande Lanotte. L’ex-président du SP.A dispose de solides atouts : il s’est déjà mouillé dans la négociation et avait séduit, il n’a pas son pareil pour boucler un budget et fait office de trait d’union idéal entre socialistes francophones et libéraux flamands. L’homme, enfin, n’aurait aucune peine à céder le "16, rue de la Loi" à Elio Di Rupo une fois le travail achevé.

Une autre formule

Si le Roi devait constater lors de ses consultations que la formule à six est morte, il devra bien en tester une autre. Coïncidence ? Ce lundi, avant même la fuite d’Elio Di Rupo vers Ciergnon, la N-VA avait offert ses services et proposé de constituer un gouvernement socio-économique avec les libéraux et les sociaux-chrétiens, mais sans les socialistes.

Il y a quand même un hic majeur à ce scénario : il semble devoir ruiner tous les efforts fournis depuis le 21 juillet. "O n peut supposer que tout changement de partenaires impliquerait une nouvelle négociation institutionnelle, confie en effet Pierre Verjans (ULg). Il n’y a que les écologistes qui ont accepté de dissocier accord institutionnel et programme socio-économique. A ce que je sache, les six autres partis ont lié les deux. Ils ont dit : tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout, il n’y a d’accord sur rien."

Pierre Vercauteren (Fucam) abonde dans le même sens. "Le s deux dossiers sont forcément liés, explique-t-il. Un certain nombre de dispositions budgétaires concernent en effet des matières qui doivent être transférées aux Communautés ou aux Régions."

Donc, si on change de partenaires, il faudra renégocier l’accord institutionnel. Et cela, personne ne peut dire où cela mènerait. Surtout si la N-VA revient dans le jeu. Le scénario paraît dès lors hautement improbable.

Tout comme paraît assez improbable le scénario du gouvernement de technocrates comme en Grèce ou en Italie. "On regarde qui, chez nous, a travaillé chez Goldman Sachs et on le bombarde Premier ministre, ironise Pierre Verjans. Mais bon, sérieusement, c’est peu crédible. Parce qu’ici, la classe politique continue à croire en elle-même. Ce n’était plus le cas en Grèce et en Italie."
Le retour aux urnes

Des élections anticipées. Ce serait le scénario qui devrait être mis en œuvre si le blocage persiste, si le Roi constate qu’aucune majorité n’est possible pour former un gouvernement avec la répartition actuelle des forces politiques au sein du Parlement. Autant le dire, ce serait le scénario catastrophe. Et à ce titre, qui paraît dès lors aujourd’hui totalement improbable.

"Les élections seraient un scénario déroutant, justifie Pierre Verjans (ULg). On ne sait pas ce que cela donnerait, comment la population réagirait. Ce serait l’aventure ."

Pierre Vercauteren (Fucam) est encore plus sceptique. Les élections, avoue-t-il même, c’est l’hypothèse à laquelle il croit le moins. "Les conséquences sur le plan budgétaire seraient terribles, énonce-t-il. Il n’est pas difficile d’imaginer la réaction des marchés financiers ni celle de l’Union européenne. Et les conséquences politiques seraient terribles pour les partis flamands qui ont participé aux négociations. Ce serait un boulevard pour la N-VA. Bart De Wever pourrait dire : regardez, j’avais raison, sans nous, ce n’est pas possible."

Et puis, ces élections législatives, si elles devaient avoir lieu, interviendraient très près du scrutin communal qui est prévu en octobre 2012. Les partis n’aiment pas mélanger les genres. Ils craignent qu’un échec de leur participation à la négociation fédérale les pénalise jusque dans leur commune. Or, c’est au niveau local que les partis de masse tirent leur force.

Il y a quelque chose d’irrationnel dans cette crainte. "Il ne faut pas exagérer l’importance des élections communales, tempère ainsi Pierre Vercauteren. Les électeurs font la distinction entre les deux." Mais cette perspective tétanise les partis politiques. Surtout en Flandre, où l’on redoute comme la peste une implantation solide de la N-VA dans le tissu local.

_________________
L'union fait la force ! Eéndracht maakt macht !
Back to top Go down
View user profile
Belgica
Admin
avatar

Number of posts : 5603
Location : BELGIE - BELGIQUE - BELGIEN - BELGIUM
Registration date : 2008-11-19

PostSubject: Re: Zakenkabinet - Cabinet d'affaires?   Tue Nov 22, 2011 11:38 pm


_________________
L'union fait la force ! Eéndracht maakt macht !
Back to top Go down
View user profile
 
Zakenkabinet - Cabinet d'affaires?
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» Andrew Leslie not part of the Liberal's Leader Cabinet
» Home Secretary Jacqui Smith is to leave the Cabinet in the wake of the scandal over MPs' expenses
» VirtuaPin.net confirms they are working with Farsight Studios to integrate Pinball Arcade!
» Earnings Loss Benefits and the Clawback of VAC Disability Pensions
» Tom Watson has resigned from his post in shadow cabinet.

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Belgische Unie - Union Belge :: BUB :: Belgique / België / Belgium / Belgien-
Jump to: