Belgische Unie - Union Belge

Centrumpartij voor nationale eenheid - parti centriste pour l'union nationale.
 
HomeHome  CalendarCalendar  FAQFAQ  SearchSearch  MemberlistMemberlist  UsergroupsUsergroups  RegisterRegister  Log in  

Share | 
 

 Plaidoyer pour la réunification de la Belgique

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
Schorochoff



Number of posts : 3
Age : 80
Location : 1421 Ophain BSI
Registration date : 2012-03-14

PostSubject: Plaidoyer pour la réunification de la Belgique   Mon Apr 02, 2012 1:48 pm

Plaidoyer pour la réunification de la Belgique

Dans leur intérêt les Belges doivent exiger la réunification du pays. Une écrasante majorité de Belges vivent, malgré leurs différences, en parfaite harmonie dans un environnement exceptionnel en richesses matérielles, sociales et pluriculturelles. Aucun contentieux réel n’existe entre eux. La division du pays en régions et/ou communautés dans un cadre fédéral incohérent et souvent incompréhensible, leur coûte très cher et ne leur procure aucun avantage. Elle est, en outre, inutile et constitue d’évidence, une erreur politique majeure.
A. L’entente entre Belges est exceptionnelle.
i. Quelles que soient leurs origines, régionales ou linguistiques, ils vivent en bonne entente. Nombre de Wallons passent, en effet, leurs vacances à la côte belge et de Flamands, pour leur part, en Ardenne. Les familles se mélangent, notamment par le mariage, sans se soucier de leur appartenance à l’une ou l’autre communauté ou région, tous apprécient la bonne chair et les produits des terroirs respectifs, en partageant les mêmes valeurs humaines et le même sens de la dérision, souvent teinté de surréalisme.
ii. Des entreprises flamandes emploient du personnel wallon même s’ils ne s’expriment pas en néerlandais, servent tous les clients, bruxellois, wallons ou autres, sans se soucier de leur langue. Il en va de même pour les entreprises de la Belgique et aussi dans le secteur privé, le mot « communautaire » n’a pas d’importance car le client prime quelle que soit son mode d’expression.
iii. Les relations personnelles entre les citoyens belges ordinaires, de toutes origines sont pacifiques et sont, généralement, empreinte d’une grande cordialité, de respect mutuel et de confiance.
B. La richesse matérielle des Belges est exceptionnelle.
i. Que ce soit en Flandre, en Wallonie, en Région germanophone ou à Bruxelles, la richesse matérielle est partout visible. Ceci ne signifie pas qu’il n’y a pas des zones de pauvreté en Belgique, mais sa richesse générale démontre que les Belges ont largement les moyens pour réduire les différences pouvant exister dans la mesure où le pouvoir politique gaspillerait moins les ressources communes en des dépenses liées aux frais de fonctionnement d’institutions régionales ou communautaires.
ii. La capacité économique et financière actuelle des régions est très variée et cette disparité permet aux partis séparatistes de la Région Flamande de propager le cliché suivant lequel : « la Wallonie vit au dépens de la Flandre ». Il s’agit là d’une simplification manipulatrice de l’opinion publique. S’il est exact qu’aujourd’hui, l’économie flamande est plus florissante que celle de la Wallonie (sans évoquer la situation bruxelloise), ceci ne fut pas toujours le cas. Il existait en effet un temps où la situation était inversée. La richesse wallonne du 19ème siècle fut la période de l’industrie minière et métallurgique du bassin dit de « Sambre et Meuse ». La prospérité de la Flandre date de la période du 20ième siècle et fut appelée les « Golden sixties », grâce aussi à l’afflux massif d’investissements étrangers, notamment dans les ports d’Antwerpen, de Zeebrugge et de Gent ainsi que dans les sites miniers du Limbourg. Deux époques et des situations différentes dans lesquelles les flux économiques se sont sérieusement inversés. La solidarité historique au sein de l’État belge encore unitaire a permis aux moins favorisés de bénéficier du soutien de ceux qui l’étaient plus. Mettre un terme à cette solidarité sous la pression de quelques égoïsmes régionaux serait lamentable.
iii. La richesse actuelle de la Belgique entière est extrêmement fragile Les entreprises purement belges vivent d’ailleurs souvent en étroite synergie avec des grandes firmes multinationales. Il suffit que des Ford, Volvo, GM, Bayer, Monsanto, Dow, Exxon etc., fleurons anversois, gantois et limbourgeois par exemple, décident de déplacer leurs activités pour que la situation actuellement plus favorable en Flandre change d’orientation. Il n’y a rien de pérenne dans la richesse. Celle des régions voisines est potentiellement aussi importante que celle de la Flandre ou de la Wallonie elles-mêmes, car il n’existe pas de miracle d’un seul côté et de fatalité de l’autre. Les derniers chiffres publiés par l’ONEM (rapport 2009) infirment la thèse d’un grand déséquilibre entre les régions.
L’opposition évoquée systématique entre la Wallonie, d’une part, et la Flandre, d’autre part, constitue une manipulation. Ces deux régions, réunies et gérées en privilégiant leur interdépendance, seraient potentiellement plus compétitives et plus riches. La région de Bruxelles, centre de l’union du pays, pourrait alors mieux jouer son rôle de centre d’affaires (Le quatrième du monde suivant une étude récente) au service d’un pays plus cohérent n’étant plus la victime de cette opposition factice et scandaleuse.

C. La richesse sociale des Belges est exceptionnelle.
i. La solidarité résultant du « modèle social belge » est unique au monde sous bien des aspects. Certes, ce modèle est actuellement mal géré (coûts administratifs excessifs) et parfois source d’abus (allocations de chômage non contrôlées), mais il permet à un très grand nombre de gens de vivre décemment. S’il y a trop de laissés pour compte et trop de profiteurs, il faut évidemment intervenir fermement pour limiter les abus. Le laxisme des responsables politiques, entre autres, doit être combattu sans complaisance.
ii. Le niveau de qualité de notre système de santé est, lui aussi, remarquable comparé à celui de nos voisins.
iii. La qualité de notre enseignement, par contre, diminue de plus en plus. La cause n’est pas à trouver dans la qualité des enseignants mais est le résultat des problèmes d’administration et de leur financement, conséquence immédiate d’une dispersion aberrante des compétences entre pouvoirs des régions, des communautés, des provinces et des communes.
iv. La division des moyens mis à la disposition de la solidarité et du secteur social ne peut causer qu’une diminution de qualité et du volume d’offres de prestations.

D. La richesse culturelle belge est exceptionnelle
i. Le patrimoine architectural de villes comme Gent, Antwerpen, Brugge, Leuven, Diest, Kortrijk pour n’en citer que quelques unes situés en Flandres, témoigne d’une richesse reconnue dans le monde entier, comme pour Bruxelles, sa capitale et simultanément celle de la Belgique …, avec sa Grand-Place, ses théâtres, son opéra, entre autres. Il en va de même pour Tournai, Namur, Nivelles et Liège en Wallonie.
ii. La peinture ancienne et moderne avec ses extraordinaires « primitifs flamands» et ses diverses autres écoles, fait partie intégrante du patrimoine belge et mondial, constituant l’orgueil de bien des musées dans le monde. L’ensemble des peintres belges forment, en effet, des valeurs universelles.
iii. Les diverses fêtes culturelles, carnavals, ducasses, processions etc., sont souvent inscrites au patrimoine culturel de l’Unesco. Le contenu des musées de l’ensemble du pays contient des trésors que nombre de pays nous envient.
iv. Les artistes, les acteurs, les musiciens et les sportifs belges sont nombreux à être reconnus et l’ensemble des Belges en est particulièrement fier.
Ce patrimoine constitue une valeur commune propre à toute la Belgique dont les amateurs dans le monde entier doivent pouvoir bénéficier, capital culturel dont la division ou l’appropriation en faveur de l’une ou l’autre culture, n’a aucun sens certainement dans un pays d’une modeste superficie.

Les promoteurs de la division de la Belgique unitaire propagent des idées fausses pour désunir ses habitants suivant le précepte ‘Divide ut Impera !’. Ils doivent être combattus avec la dernière énergie et l’ineptie de leurs arguments démontrée.

 La première idée fausse et la plus désastreuse dans ses effets, est l’ingérabilité de la Belgique unitaire à cause d’un conflit linguistique. Les causes historiques des frustrations linguistiques en Région Flamande sont bien connues mais, aujourd’hui, la langue flamande a obtenu la place qui lui revient dans l’administration de l’État. L’utilisation permanente de cette ancienne frustration constitue un handicap pour l’ensemble des Belges, Flamands compris. L’unilinguisme « légal » des services publics (sauf à Bruxelles) associé à l’interdiction faite aux fonctionnaires bilingues d’utiliser leurs connaissances linguistiques au service du public (sauf à Bruxelles, région bilingue) constitue, une entrave au développement harmonieux d’un pays multilingue. L’unilinguisme ne peut être considéré dans le monde actuel comme un atout, bien au contraire. En conséquence, le bilinguisme devrait idéalement devenir une obligation dans toute fonction publique. Cette obligation couplée à une promotion intensive des deux langues dans tout le pays permettrait de mettre un terme à cette ineptie de la nécessité de diviser le pays par une frontière linguistique.
 La deuxième idée fausse est celle de la prétendue paresse ou manque de dynamisme des Wallons. Il s’agit ici d’une manipulation éhontée de l’opinion publique. Le taux du chômage ne constitue pas une preuve en soi, la récession économique actuelle et/ou la mutation industrielle ne sont pas le fait des travailleurs wallons. L’absence de travail n’implique pas que le chômeur wallon, est incapable de travailler, qu’il refuse de travailler ou qu’il est paresseux. Les abus dans la gestion des allocations de chômage ne sont pas exclusivement le fait des travailleurs mais de ceux qui en assument la gestion politique de manière irresponsable ou inefficace. De pareilles affirmations scandaleuses doivent cesser et être sanctionnées soit par des poursuites, pénales si possible, ou par des actions civiles engagées tant à l’égard des calomniateurs qu’à l’égard des auteurs d’abus manifestes.
 La troisième idée fausse est la prétendue mauvaise volonté des francophones dans une « assimilation » en terre dite « flamande » lorsqu’ils s’y établissent. La capacité d’assimilation résulte des capacités intellectuelles et sociales de chaque individu. Ceux qui en ont les moyens se sont adaptés, ou devraient s’adapter, c’est une évidence, et ceci vaut tant pour les belges que pour les non belges.
Mais le vrai problème est ailleurs. Dans les communes dites « à facilités » de la périphérie bruxelloise, le refus de rendre un service, supposé être public, dans la langue de l’usager, est imposé sous forme de lois, de règlements, de circulaires et d’autres directives et d’attitudes imposées aux fonctionnaires et agents officiellement unilingues mais souvent multilingues de fait. Ce refus et cette législation sont anticonstitutionnels, voir l’article 24. Dans ces communes, les francophones, largement majoritaires, ont perdu des droits fondamentaux qui sont reconnus aux Flamands, très minoritaires, de la Région Bruxelloise. Il n’y a pas de mauvaise volonté de la part des francophones, habitant en périphérie de Bruxelles, mais la non-reconnaissance de leurs droits par l’administration. Ce n’est pas la même chose. Les francophones de la périphérie étaient et sont évidemment encore chez eux en Belgique, avant qu’une législation, certes permises par la Constitution ne les prive de certains de leurs droits. Cette législation à la base de nombreux conflits communautaires devrait être simplement abrogée. Le respect scrupuleux des droits constitutionnels des Belges, dans tout le pays (voir Titre II de la Constitution) ne peut souffrir aucune exception.

 La quatrième idée fausse est celle de la nécessité diviser le pays, pour mieux l’administrer, en communautés et régions dotées de compétences législatives et exécutives par l’application du principe du « chacun pour soi ». C’est une ineptie. Les Parlements régionaux et/ou communautaires, ne légifèrent que pour justifier leur propre existence, sans se préoccuper des coûts monstrueux que leurs décisions complexes, incohérentes et inutiles, mettent, inévitablement, à charge de l’ensemble des citoyens. La gestion de 10 millions de Belges ne nécessite pas :
 7 assemblées parlementaires
 503 députés fédéraux, régionaux et communautaires
 55 ministres
Il faut mettre un terme à cette gabegie. La gestion du pays doit être profondément repensée dans une perspective d’union et d’efficacité avec pour objectif essentiel la préservation des intérêts fondamentaux des Belges sans distinction et pas l’inverse.

Quels sont les intérêts des Belges?
 Obtenir la satisfaction de leurs besoins fondamentaux
o emploi compatible avec leurs capacités
o rémunération correcte
o stabilité des revenus
o logement décent,
o etc., la liste est bien connue.
 Avoir accès à des biens de consommation et des services d’un rapport qualité/prix correct.
 Avoir accès à des services administratifs publics efficaces et respectueux.
 Être représentés par des personnes compétentes et honnêtes qui gèrent l’État en bon père de famille.
 Avoir la certitude que « la puissance publique » utilisera les moyens mis à sa disposition au bénéfice de l’intérêt général.
Notons que l’ensemble de ces intérêts sont prévus dans la Constitution, notamment dans son titre II.





Quelle stratégie les Belges devraient-ils mettre en œuvre ?

 Combattre sans merci tous les abus, préjugés, a priori et autres manipulations de l’opinion publique tels que propagés par certains hommes politiques et les partis qui les soutiennent.
 Promouvoir sans tarder une campagne nationale de respect mutuel et d’union.
 Exiger la réunification des structures de gestion de l’État afin de :
o les rendre moins onéreuses et plus productives.
o relever les défis économiques et financiers par la création d’emplois et la restauration de la compétitivité des entreprises.
o mieux intégrer les Belges au sein de l’Union Européenne dans laquelle ils ont un rôle majeur à tenir.
Pour aboutir, ils doivent exiger une réforme de la Constitution. La gestion de l’État, réunifié et décentralisé sur base des 9 provinces et des communes doit être profondément repensée. Tous les pouvoirs qui concernent les intérêts des habitants du Royaume doivent être pris en compte et cadrés dans cette nouvelle Constitution. Le rôle du Roi et ses pouvoirs devraient à cette occasion être également redéfinis.

 Exiger que les futurs dirigeants du pays soient élus ou nommés, non sur des critères exclusivement linguistiques et/ou politiques, mais en fonction de compétences professionnelles et/ou d’expérience reconnues en matière :
o de management et de leadership
o de prise de décision
o de gestion financière et budgétaire
o d’éthique.
o et d’autres qualités à préciser en fonction des spécificités propres à la fonction à pourvoir


Belges à vous de jouer !

Vive la Belgique dans l’union des Belges, qui fait sa force, au sein d’une Europe unie

André Schorochoff
Président du Bureau d’étude du B.U.B.
29 05 2011 rev 11 03 2012
Back to top Go down
View user profile
Belgica
Admin
avatar

Number of posts : 5603
Location : BELGIE - BELGIQUE - BELGIEN - BELGIUM
Registration date : 2008-11-19

PostSubject: Re: Plaidoyer pour la réunification de la Belgique   Mon Apr 02, 2012 3:44 pm

On est tous d'accord là-dessus, je pense !

_________________
L'union fait la force ! Eéndracht maakt macht !
Back to top Go down
View user profile
Bruno

avatar

Number of posts : 3228
Location : Leuven-Louvain - La Belgique une et indivisible ! Het ene en ondeelbare België !
Registration date : 2008-11-23

PostSubject: Re: Plaidoyer pour la réunification de la Belgique   Tue Apr 10, 2012 12:18 am

En effet.
Back to top Go down
View user profile
Sponsored content




PostSubject: Re: Plaidoyer pour la réunification de la Belgique   

Back to top Go down
 
Plaidoyer pour la réunification de la Belgique
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» Integration and Unification of the Canadian Forces
» Apple tart
» "Belle famille" --A.Dreyfus--Résumé complet en français--interviews-revues de presse

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Belgische Unie - Union Belge :: BUB :: Le Parti / De Partij-
Jump to: